top of page

La mobilisation de ceux qui nient le changement.

Par Raúl Ramírez Tovar

Dans ma vie de journaliste, j'ai dû marcher dans la boue et sur des tapis ; Dans les deux cas, j'ai fait le plein d'un foie solide : il doit me tenir debout pour soutenir les méchants, les gouvernants malhonnêtes, les politiciens corrompus et les criminels de toutes sortes. Évidemment, devant moi des gens admirables, intelligents, nobles ont aussi défilé ; et, surtout, courageux et honnête.

Aujourd'hui, j'ai réfléchi à deux fois avant d'enfin aller voir de mes propres yeux la marche appelée par l'extrême droite colombienne.

D'emblée, je vous dirai que je suis pour toute forme de mobilisation pacifique, non violente et dans laquelle les communautés expriment leurs sentiments et leurs revendications. C'est la démocratie.

Je suis allé à la marche pour savoir pourquoi ses participants sont contre Petro. Je suis entré dans son cœur et j'ai été surpris que la plupart d'entre eux soient des personnes âgées. "Très beau avec ce réconfort de Cali", me suis-je dit. Bien sûr, ils étaient bien protégés avec leurs bouilloires et leurs beaux chapeaux (on aurait dit qu'ils allaient à une corrida), leurs yeux étaient cachés par des lunettes de marque et la couche de crème solaire était évidente pendant des lieues. Au-dessus d'eux, on pouvait voir la strate. Les personnes âgées prédominent, un faible pourcentage étaient jeunes. Il y avait un fort détachement de femmes.

J'ai osé leur demander sans insister sur des réponses profondes car ils pouvaient se sentir agressés. Je les ai simplement laissés avec une question : pourquoi n'aiment-ils pas le gouvernement Petro ? « Parce que c'est le gouvernement des délinquants, dit une dame ; "Parce que ça va nous faire aimer le Venezuela", a répondu un homme d'une cinquantaine d'années en chemise blanche, comme la plupart ; "Parce qu'il a déjà ordonné la mort d'un colonel qui était au courant de ses facéties", confie avec assurance un sexagénaire ; "Parce que cela va mettre fin à notre économie", a déclaré un homme d'affaires qui, je l'ai découvert plus tard, fait externaliser tous ses employés; "Parce qu'il veut en finir avec un système de santé où certains EPS fonctionnent comme un charme", dit un jeune homme qui, on le voit, n'a pas eu mal aux dents ; "Parce qu'il veut maintenant remettre le pays à l'ELN", a déclaré un militaire à la retraite.

J'ai demandé à un homme qui portait une banderole avec une photo de Petro qui avait une moustache hitlérienne et le signe « Dictateur » pourquoi il comparait Gustavo à Adolf et il m'a dit, furieux : « Tous les deux sont des dictateurs socialistes. J'ai levé les yeux pour respirer et j'ai vu dans le ciel un hélicoptère de la police qui s'occupait des marcheurs, garantissant leur sécurité. Quelle dictature !

La marche a été suivie par des milliers de personnes qui, lorsqu'elles sont arrivées sur la place Jairo Varela, n'ont laissé aucun espace inoccupé. Il y avait salle comble. Avant eux, la sénatrice María Fernanda Cabal est intervenue, qui, avec son langage coutumier et son expression faciale typique, a enflammé les participants qui l'ont déjà proclamée candidate à la succession du président de leur mépris. Jaime Arizabaleta a également pris la parole, le cousin de Daniel García Arizabaleta, impliqué dans les pots-de-vin d'Odebrecht, qui - afin d'obtenir des avantages légaux - a déjà trahi l'ancien candidat présidentiel Uribe Óscar Iván Zuluaga.

Également sur scène, l'ancienne députée Juanita Cataño, une Uribista délirante évincée par son parti et qui, sous l'étreinte de Cambio Radical, a été brûlée lors des dernières élections législatives. De même, le jusqu'à récemment président de l'Association des banques, Santiago Castro, est monté pour haranguer la foule en colère. Jusque-là j'ai enduré; C'est pourquoi je leur ai dit qu'il fallait avoir un foie. La mienne semble ne plus supporter autant de cirrhose populiste.

La marche d'aujourd'hui, un succès pour Uribismo, montre que l'extrême droite est désespérée et reste sans parole, devant faire appel au mensonge, à la terreur, à l'infamie et à la calomnie. Il y est depuis dix mois, avec un système médiatique puissant et un billboard qui ne respecte plus les limites éthiques ou journalistiques. Cela aurait été un désastre pour l'extrême droite si cette campagne d'infamie n'avait pas rempli une place dans un pays où les gens ne lisent pas, n'enquêtent pas et sont esclaves de la peur et des préjugés.


La marche d'aujourd'hui est aussi un message pour le président Petro qui reste inébranlable en voyant comment le système médiatique public, le plus puissant du pays, continue de servir l'ancien régime : une RTVC déconnectée de l'esprit de changement, deux chaînes de télévision qui dans leur programmation ne diffère pas beaucoup des chaînes privées, des dizaines de stations de Radio Nacional de Colombia, de l'Armée et de la Police sans direction éditoriale et contenu conforme à la ligne du gouvernement progressiste.


Cette marche sert à dire à Petro que nous le soutenons, que nous sommes fermes dans le changement et qu'il faut donner à sa communication un volant solide, sans lequel des millions de personnes continueront d'être la proie du mensonge et de la haine, comme on l'a vu aujourd'hui.

Raúl Ramírez Tovar

Journaliste Colombian

Cali, juin 20 du 2023

7 vues0 commentaire

Comentários


bottom of page