top of page

Iran contre Israël, la Troisième Guerre mondiale va-t-elle commencer ?

Par: Víctor de Currea-Lugo | 15 de abril de 2024

Israël a commis un crime en attaquant le siège diplomatique iranien en territoire syrien le 1er avril. Cette action équivalait à bafouer toutes les normes internationales liées aux activités diplomatiques. La question est : est-ce que ce sera le casus belli pour la Troisième Guerre mondiale ?

Cette précédente attaque contre l’Iran avait entraîné la mort de 16 personnes, dont cinq officiers iraniens, ainsi que deux généraux. L'attaque israélienne a forcé l'Iran à réagir militairement. Est-ce que quelqu'un s'attendait à quelque chose de différent ?

L'espace aérien du Moyen-Orient, au début de l'attaque iranienne contre Israël. Tiré de : https://www.flightradar24.com/


L'Iran a invoqué l'article 51 de la Charte des Nations Unies, sur la légitime défense. Ce qui est en jeu n’est donc pas le droit de l’Iran à se défendre, mais un consensus mondial sur la nature du siège diplomatique.

Depuis 2002, le sionisme affirme à l’ONU que, dans « quelques jours, l’Iran disposera de la bombe atomique » ; qui a servi de prétexte pour imposer des mesures économiques contre l’Iran.

Les tensions entre les deux pays ne sont pas nouvelles : entre 2007 et 2012, cinq scientifiques nucléaires ont été assassinés sur le territoire iranien. Israël pourrait être à l'origine de tels crimes, selon Ilan Mizrahi, ancien directeur du Conseil de sécurité nationale israélien et ancien directeur adjoint du Mossad.

Rappelons que Barak Obama a signé un accord entre les cinq membres du Conseil de sécurité de l'ONU (+ l'Allemagne) et l'Iran, sur le contrôle de la production d'énergie nucléaire. Cette production est légale, conformément à l'article 4 du Traité de non-prolifération (TNP). Plus tard, Donald Trump a rompu cet accord. Je me suis toujours demandé : sur quelle base juridique l’Allemagne participe-t-elle ?

Pendant ce temps, Israël possède des armes nucléaires et sans aucun contrôle de la communauté internationale. Comme l'a dit Richard Falk, rapporteur spécial des Nations Unies pour les territoires palestiniens occupés, « c'est Israël, et non l'Iran, qui devrait faire l'objet de sanctions ». Rappelons que depuis le 7 octobre 2023, Israël a tué 18 soldats iraniens lors de différentes attaques.

L’Iran possède des missiles d’une portée allant jusqu’à 3 500 kilomètres. Dans un environnement où tout le monde se trouve dans la même zone, ces missiles pourraient être plus importants qu’une arme nucléaire, car s’ils étaient utilisés, ce serait un acte suicidaire.

L’Iran a parfaitement le droit de répondre à une agression telle que celle perpétrée par Israël dans son quartier général diplomatique en Syrie et il serait insensé de ne pas s’attendre à une réponse ou de ne pas la condamner. L’Iran a déjà subi de nombreuses agressions de la part du sionisme ; Elle doit envoyer un message à la fois à l’axe de la résistance et au monde.

Ces derniers mois, Israël a attaqué au moins la Palestine, le Liban, la Syrie et le Yémen ; sans que ces attaques n’aient de conséquences ; Pendant des années, elle a bombardé le Liban, la Syrie et menacé l’Iran, sans payer pour ses aventures militaires, et l’ONU n’a même pas été en mesure de condamner l’agression israélienne, qui, symboliquement, aurait apaisé les tensions.

Dire que l’Iran allait agir par l’intermédiaire d’autres acteurs locaux est inexact. Comme me l’a dit un diplomate iranien : on peut dire que le Hezbollah est un fils de l’Iran, mais ce serait un fils aîné, qui prend déjà ses propres décisions.

L’Iran répond à Israël

Une partie d'Israël « implorait » presque une attaque de l'Iran, afin d'entraîner les États-Unis dans une guerre régionale. D’autres soutiennent que l’Iran mènerait une attaque limitée qui lui permettrait de démontrer ses capacités, mais sans dégénérer en guerre régionale. Dans ce cas, si les États-Unis participent à la réponse israélienne, leurs bases dans toute la région pourraient être la cible de nouvelles attaques.

Israël a fermé 28 ambassades dans le monde en s'attendant à des représailles ; et sa population a été appelée à économiser l'eau et la nourriture avant l'attaque ; et, plus tard, rester dans les abris anti-aériens.

Plusieurs pays, du Canada aux Émirats arabes unis, ont demandé à leurs citoyens de quitter l’Iran et Israël. Ensuite, l’espace aérien de l’Iran, d’Israël, de la Jordanie, du Yémen, de l’Irak, de l’Égypte et du Liban a été fermé.

Quatre vagues de drones, de l’Iran à Israël, n’étaient que la première phase de cette attaque. Puis la présence de missiles iraniens a été signalée dans le ciel irakien, en route vers Israël. Des drones et des roquettes venus du Liban et du Yémen sont également tombés. Israël a cessé, pour un instant, d'être celui qui bombarde et est devenu celui qui est bombardé.

Un nouveau groupe d'Israéliens quitte le Moyen-Orient et fait s'effondrer l'aéroport de Tel Aviv. Les forces armées, en particulier les forces aériennes, de Jordanie et d'Égypte se sont déclarées en état d'alerte maximale, suggérant qu'elles participeraient aux actions israéliennes visant à contenir les attaques iraniennes. Et l’Iran a averti, en pensant aux monarchies du Golfe, que si un pays prêtait son espace aérien à Israël pour répondre, il serait également soumis à une action de la part de l’Iran.

L’attaque iranienne a été limitée, suffisamment dure pour faire comprendre à Israël que le temps de ses provocations était révolu, et suffisamment contenue pour empêcher les États-Unis de s’impliquer.

Israël, à lui seul, n'a pas pu vaincre le Hezbollah en 2006 et n'a pas été en mesure de contrôler Gaza ni de mettre fin au Hamas, malgré le déploiement militaire. Sans les États-Unis, a déclaré un haut commandant militaire, Israël devrait se battre avec des bâtons et des pierres.

On a l'habitude de dire que "personne ne sait ce qui va se passer au Moyen-Orient dans les prochaines heures" (sauf les faiseurs d'opinion sionistes créoles qui savent tout). Selon la Bible, le juif Samson a détruit le temple où il disait : « Puissé-je mourir avec les Philistins » (c'est-à-dire les Palestiniens d'aujourd'hui). L’« option Samson », terme utilisé depuis 1960, est la menace israélienne de mourir en tuant.


Suivez-nous

Twitter: @DeCurreaLugo

Twitter: @DeCurreaLugo


Comments


bottom of page