COLOMBIE-VENEZUELA : LE TRIOMPHE DE LA RAISON SUR LA HAINE

Par Luis Alfonso Mena S.


Le rétablissement des relations entre la République de Colombie et la République bolivarienne du Venezuela est le triomphe de la raison et de la fraternité sur la haine et la bestialité.


Seul un gouvernement empreint d'humanisme comme celui du président Gustavo Petro pouvait prendre la décision dès le premier instant, sans hésitations ni calculs.


Le régime d'Iván Duque a dynamité les routes historiques entre les deux peuples, aveuglé par son parti pris d'extrême droite et scandaleux de s'agenouiller devant les intérêts impériaux.


Il a reconnu une marionnette de voleur imposée par Donald Trump et a participé au siège économique, militaire, politique et de toutes sortes contre son frère voisin, avec un acharnement interventionniste atroce.


Il a transformé la Colombie en repaire de complot contre Nicolás Maduro, le président constitutionnel du Venezuela, et a participé à des barrages de mercenaires du pays.


Il a contribué à la diaspora de milliers de Vénézuéliens victimes de la stratégie criminelle gringo consistant à générer un exode massif comme arme politique pour destituer un chef d'État.


Avec une série de cape et d'épée, il a contribué à soumettre des millions de Colombiens et de Vénézuéliens le long de la vaste frontière à une grave crise économique et à la violence pendant près de quatre ans.


Il a livré la population à des gangs criminels, des trafiquants de la pire espèce, des transgresseurs des droits de l'homme, et a rendu sans vergogne la région invivable.


NOUVELLE POLITIQUE INTERNATIONALE


Avec l'échange d'ambassadeurs entre Caracas et Bogotá, dont la première étape a eu lieu le lundi 29 août, commence la difficile reconstruction des ponts humains et politiques brisés.


C'est la nouvelle politique étrangère de la Colombie mise en place par le président Petro, respectueuse de l'autodétermination des peuples, inclusive et respectueuse du droit international.


Deux faits reflètent le nouveau moment historique, très loin de l'ère sombre de Duque, qui a participé à la mise en scène du tristement célèbre groupe de Lima, aujourd'hui aboli.


Alors que le président Maduro recevait Armando Benedetti, ambassadeur de Colombie à Caracas, le président Petro appelait à Lima au repowering de la CAN.


Et il a déclaré lors de la réunion des présidents de la Communauté andine des nations qu'elle devrait être renforcée avec le retour du Venezuela et l'entrée du Chili et même de l'Argentine.


Les fins? Faire face ensemble aux effets dévastateurs du changement climatique, créer un réseau d'énergie propre et promouvoir un sommet latino-américain sur une nouvelle politique anti-drogue.


DIRECTION DU PRÉSIDENT PETRO


Avec le président Petro, un nouveau leadership latino-américain est né, qui appelle à retisser les liens d'amitié, détruits par les régimes oligarchiques de la région.


La Colombie change sa politique envers les frères, très bien interprétée par le ministre des Affaires étrangères Álvaro Leyva, contre qui sont désormais dirigées les flèches venimeuses des élites conservatrices.


Parce que? Car il n'a pas rejoint l'OAS putride dans une déclaration contre le gouvernement du Nicaragua, la nouvelle cible de la droite face à l'échec de son siège du Venezuela.


Dans leur tâche de propagande, les médias attaquent la politique internationale du gouvernement Petro, alors que sous le régime Duque, ils étaient de véritables entremetteurs.


Ni ces oligarchies qui appellent maintenant à la censure contre Leyva au Congrès, ni cette presse abjecte n'ont rien dit sur la répression brutale de Duque contre le peuple en 2021.


Lors du soulèvement populaire de l'an dernier, ceux qui sont aujourd'hui scandalisés par le Nicaragua sont restés silencieux face à plus d'une centaine d'assassinats de jeunes qui manifestaient dans les rues colombiennes.


Et ils ont lâchement justifié les violations massives des droits de l'homme commises par Duque et ses répresseurs contre les revendications du peuple. les hypocrites. Pharisiens.


Ainsi, le changement est intervenu dans la politique internationale colombienne, main dans la main avec un gouvernement progressiste qui rompt avec plus de 20 ans de soumission absolue à l'empire.


Espérons qu'un bloc de solidarité latino-américain puisse être reconfiguré, comme celui qui existait dans la première décennie de 2000, avec la contribution transcendantale du président Petro.


La raison remplace la haine non seulement pour revenir au commerce massif, aux consulats et au transit gratuit sur les ponts frontaliers, mais pour que les voisins puissent à nouveau s'embrasser.


Comme l'a dit le président Petro lorsqu'il a prêté serment à Benedetti le mercredi 24 août : « Que personne ne pense plus jamais qu'il doit y avoir un conflit entre le Venezuela et la Colombie.



Cali, mardi 30 août 2022


JOURNALISME LIBRE


http://luisalfonsomenas.blogspot.com/2022/08/bitacora.html


Les opinions exprimées par les chroniqueurs n'engagent que leur responsabilité et n'engagent pas www.latinoticias.tv

1 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout